Quand c'est fini....

Parfois...

Parfois, je suis une enfant
Que tu portes sur tes épaules
Vers les rivages de ton été infini
Loin de la poussière des os.
 
Là-bas, les fantômes s'endorment
dans la barque du jour éternel.
Alors, au calme de mes rêves,
Tu dessines l'espoir dans la mélancolie de mes mains.
 
Y.P. le 6 septembre 2020
 

Write a new comment: (Click here)

SimpleSite.com
Characters left: 160
DONE Sending...
See all comments

| Reply

Latest comments

09.07 | 10:24

I appreciate these words of wellcome and I shall back nearly. Friendly.

...
30.05 | 09:03

C'est bien triste...

...
15.01 | 08:22

Merci!

...
04.12 | 01:37

Une plume de vermeil, un souffle d'éternel.

...
You liked this page
Hi!
Make your own website like I did.
It's easy, and absolutely free.
AD