Tamisés de désirs lumineux...

Au musée…

Au musée de mes amours

soigneusement sont rangés

tous les baisers jamais rendus,

et les caresses jamais données !

Dans une très petite boîte

avec ton nom

dessus …

 

YVONNE PÉRALTA (le 22 juin 2013)

Méditation

Nos souffles se rejoignent

Et j’inhale ton âme

Lotus épanoui

Dans le gris du matin.

 

La danse de nos coeurs

Fait vibrer la musique

De nos sourires heureux

Cachés dans nos deux mains.

 

YVONNE PÉRALTA (le 10 juin 2013)

Quand?

Pour Adrianne, 

Quand?

Me prendras-tu la main?
Embrasseras-tu mes joues?
Est-ce aujourd'hui demain,
Notre hiver est si doux?

Déjà les herbes folles
dansent sur les couleurs
de mon coeur qui s'affolent
dans la nuit qui se meurt.

Me prendras-tu enfin?
Embrasseras-tu mon cou?
Est-ce soir ou matin,
notre temps est si fou?

Enfin les balançoires
Chantent dans le ciel l'ambre
de mes grands yeux qui moirent
le futur qui se cambre.

YVONNE PÉRALTA (le 8 juin 2013)

Hier

Pour Jim Reilly,

Hier, j'ai vu soleil possible
Hier, j'ai chanté ton regard
et la rivière, mouvante cible,
sourit encore aux nénuphars!

Hier, j'ai vu mon coeur se prendre
Hier, j'ai chanté tes mains nues
et les flots doux, dans le soir tendre,
bercent enfin la nuit venue!

YVONNE PÉRALTA (le 8 juin 2013)

Mon amour (Poème classique!)

Mon amour vient s’asseoir juste à côté de moi.
Il me baise la main et sérieux me regarde.
Contemplant mon visage à deux faces, l'une absente,
L’autre prête à tout. A vouloir, à aimer, à être.
 
Mon amour touche et trace, redessine mes lèvres
Pour de nouveaux baisers jamais encore donnés.
Il caresse ma gorge et souffle dans ma bouche
Des mots et des paroles non encore inventés.
 
Mon bel amour converse de mon corps à mon âme
Pour qui chaque vallée ressemble à la montagne.
Il rassure la belle, la pure, la tendre essence
Qui concède au désir sa fatale beauté!

YVONNE PÉRALTA (révisé le 7 juin 2013)

Conversation poétique sur Facebook

Es-tu là,
mon amour?
Me vois-tu
toute ronde
et habillée
en vers?

YVONNE PÉRALTA (le 6 juin 2013)

 

 

Poème très simple pour étranger amoureux

Première leçon: le présent

Je te vois et je t’aime

Je te parle et je t’aime

Je t’écoute et je t’aime

Je t’écris et je t’aime

Et je t’aime et je t’aime

… Toujours !


YVONNE PÉRALTA (le 4 juin 2013)

Poème très simple pour étranger amoureux

Deuxième leçon: le futur proche en concordance avec le présent

 

Je te vois et j’imagine que je vais t’aimer

Je te parle et je crois que je vais t’aimer

Je t’écoute et je sais que je vais t’aimer

Puis, je vais t’écrire que je t’aime

et  que je vais t’aimer

… Toujours !


YVONNE PÉRALTA (le 5 juin 2013)

Le vent, cet enfant libre...

Le vent, cet enfant libre,
comme un amant heureux
sur mon visage triste
trace encore un sourire
à l'encre de demain.

De son souffle, il me danse
il me tangue et me grise
et je reste alanguie,
caressant son silence
dans le creux de mes mains!

Son ombre s'abandonne
à mon tendre secret
ou les rires et les larmes
ne sont que la moisson
du plaisir qu'ont les charmes
du divin Aquillon!

YVONNE PÉRALTA (le 28 mai 2013)

Le jour se lève!

J'accoste dans ton jour
Bientôt prêt à s'ouvrir!
Hibou devient pinson
Et mon silence, chant
Émergeant de sa gorge!

Sur mon coeur oreiller,
Goute au miel de l'aube
Des étoiles-abeilles!
Et laisse encore mes rëves
Emmêler tes cheveux!

YVONNE PÈRALTA (le 13 avril 2013)

 

La cage et le pinson

Cage aux tendres barreaux

De mes deux mains geôlières,

Prison câline et douce

Pour pinson amoureux.

 

Un baiser sur ton bec,

Caresses sur ta tête,

Chatteries insistantes

Rappelant ton ciel bleu.


Mais enfin libéré,

Et coulant de mes doigts

Tu te perches, sifflant,

Sur mon cœur victorieux.

 

YVONNE PÉRALTA (le 11 Avril 2013)

Le réveil et le pinson

Il y a toujours un réveil quelque part

Qui fait pauser la chanson du pinson.

Il y a toujours un réveil quelque part

Qui fait sombrer un rêve de caresse.

Mais il y a toujours un espoir quelque part

Qui fait taire le réveil et chanter le pinson

Sur la vague d’un songe d’une cage amoureuse.

 

YVONNE PÉRALTA (le 9 avril 2013)

Songe d'un minotaure

Rêve

Tamisé de désirs lumineux 

Deux corps

Une âme sœur

Et frère se rejoignent

Dans la finitude du besoin

Et l’infini de la quête.

 

Noirceur radieuse

Du songe labyrinthe

Au fil amoureux

Liant enfin leurs souffles

Unissant pour un temps

Un démon et son ange.

 

YVONNE PÉRALTA (le 5 avril 2013)

 

Chanson d'amour au futur simple

On s’aimera

Pour le goût des étoiles

Dans le ciel de juin

Quand elles se tiennent la main.

 

On s’aimera

Pour le chant des cerises

Dans nos yeux amoureux

Quand il s’y perd heureux.

 

On s’aimera

Pour la caresse vague

Dans nos draps sous-marins

Quand la mer s'en revient.

 

On s’aimera

Pour les mots enchantés

Dans nos deux mains unies

Quand leur sourire fleurit.

 

On s' aimera, mon amour,

Pour la vie, pour un rien,

On s'aimera, mon amour

En plein mois de juin!

 

YVONNE PERALTA (le 25 mars 2013)

Chanson d'amour pour losers de tous genres

A Philippe Gallandat, ami généreux et sensible

Bien sûr, je m’arrange très bien

Bien sûr, je vais bien sans toi

Sauf

Quand j’entends le clapotis de la pluie

Sur le toit, dans mon lit

Et je pense à tes bras.

Mais sinon, ça va !

Ça va très bien sans toi !

 

Bien sûr, j’ai effacé ton rire

Bien sûr, je l’ai oublié

Sauf

Quand j’en entends un qui ressemble au tien

Dans la rue, derrière moi

Et je pense à ta bouche.

Mais sinon, ça va !

Ça va très bien sans toi !

 

Bien sûr, je t’ai oublié

Bien sûr, je suis libérée

Sauf

Quand je me mets à rêver de toi,

Dans la rue, chez moi

Du matin au soir

Et là, j’avoue, ça va pas fort sans toi !

 

YVONNE  PERALTA (le 23 mars 2013)

Place d'Italie

Prochain arrêt

Place d’Italie

C’est Cineccita dans mes yeux !

Aie, bambino, andiamo!

Mon lion de Venise

Mi sono innamorato !

Baisers fondant comme gelato

Que Paradisio ! 

Per favore

Parle encore avec tes mains !

YVONNE PÉRALTA (le 12 mars 2012)

Comptine à marre et à bout!

J'en ai marre

Marre de toi

Toi que j'aime

J'aime encore 

Corps perdu

Du bonheur

Heure d'aller

Lézarder

Découcher

Chez toi!


YVONNE PÉRALTA (le 5 mars 2013)

Comptine amusante pour amants séparés

Le petit prince sans sa rose

Dorian Gray sans son portrait

Kafka sans métamorphose

Camus sans son étranger :

C’est pas l’pied!

 

Liz Taylor sans Richard Burton

Héloïse sans son Abélard

Molière sans sa Madeleine Béjart

Joséphine sans Napoléon

C’est pas l’frisson !

 

Les yeux d’Elsa sans son Louis

George Sand sans son Musset

Marguerite sans DuBellay

Ronsard sans sa rose-Marie            

C’est pas l’paradis!

 

Et toi…

Et toi sans moi,

Ça n’va vraiment pas!

YVONNE PÉRALTA (le 12 février 2013)

 

Élégie

Lorsque j'aurai erré

Cent fois sur le rivage de ses pensées secrètes, 

Lorsque j'aurai nagé 

Dans l'océan des mots, sur ses vagues d'images,  

Lorsque j'aurai connu

Le rire des étoiles dans l'été de son ciel,

Lorsque j'aurai senti

Sa main, oiseau nocturne, sur mon épaule nue,

Lorsque j'aurai touché

Son âme au coeur battant de ma bouche à ses lèvres, 

Lorsque j'aurai atteint

La cime de l'espoir dans l'ombre de ma quête, 

Alors, ma mie, ma mort, tu viendras me chercher!


YVONNE PÉRALTA (le 11 février 2013)

Write a new comment: (Click here)

SimpleSite.com
Characters left: 160
DONE Sending...

Rich | Reply 05.06.2013 08.59

Gene Kelly!

Philippe | Reply 24.03.2013 01.13

C'est tellement émouvant, Yvonne , magnifique, mon admiration...je les aimes tous, mais le premier en particulier, par sa cadence et son refrain; très beau!

yvonne 24.03.2013 08.49

Merci, Philippe. Eh bien, ce poème que tu aimes tant, il est à toi!
Merci d'être ému. Ton message me bouleverse, merci, mon ami! YP

See all comments

| Reply

Latest comments

30.04 | 20:18

Merci, Jo! Très gentil à vous :)

...
23.04 | 03:10

Superbe et fabuleusement réconfortant. Merci Chère Amie. Jo Cassen

...
06.01 | 23:11

Merci pour ces beaux partages !!

...
06.01 | 22:57

Beau !

...
You liked this page
Hi!
Make your own website like I did.
It's easy, and absolutely free.
AD