Poèmes sur l'art poétique

Vanité

Parfois
les mots portent des gants
pour séduire des litotes.
 
YP, 10 novembre 2016

Enfin, je m’assieds pour écrire!

Enfin, je m’assieds pour écrire!
Depuis l’aube,je voulais coucher des mots sur le papier.
J’avais oublié qu’à l’aube les mots se réveillent
et la dernière chose qu’ils désirent faire, c’est se coucher.

Et me voilà maintenant épuisée de la journée ne trouvant plus la force
de rassembler ces mots qui s’offrent enfin, sans retenue, sans honte!
Ces mots qui voudraient bien trouver refuge quelque part.

Désolée! Va falloir vous endormir tout seuls,
je ne serai pas là pour vous border, mes amours... 
Allons bon, les voilà qu'ils pleurent!

Alors, peut-être, une toute petite berceuse?
Celle qui incline les bateaux dans le port, ou
celle qui hante le troisième étage cet hôtel particulier
où l’enfant tant aimé s’est endormi trop tôt.

Allez, au lit, dormez bien, mes amours!
Je vous retrouverai demain, c’est promis,
prêts encore à changer le monde! 

YP, le 25 octobre 2015

Ecrire

Arriver à l'essentiel
sans ajouter ni réduire

un mot
un seul
inventé
rêvé
un verbe
sans doute

AIMER
peut-être

YVONNE PÉRALTA (le 11 janvier 2014)

Pour passer le taon

J'écris
et j'écoute à mi-voix
les mots qui se déchaînent
sous le joug de mes doigts

Sur mon clavier barrière
c'est la guerre des moutons
qui sautent un à un
sur mes idées déçues

Dégagés et frappés,
et puis marqués soudain
nés de virgules amies
morts en faisant le poing:

je m'amuse, j'écris!

YVONNE PÉRALTA (le 29 novembre 2013)

Ecris!

Mots 

Remuent

Tordent

Purgent

Enfantent

Hurlent 

 

Ecris !

Forge

Expose

Décharge

Remplis

Mon vide !


YVONNE PÉRALTA (le 24 octobre 2012)

Pour écrire un poème...

Pour écrire un poème,
posez les mots, les uns près des autres sur la page, en amis, et laissez-les faire tout seuls. Resteront-ils ainsi sans bouger? Commenceront-il à prendre des libertés, à s’arranger entre eux, à se mouvoir dans la jolie valse lente d’une phrase qui pourra naître? Qui sait!
Laissez les mots se laisser à être eux-mêmes. Ils n’ont rien à prouver!
Soyez délicat, surtout ne les dérangez pas mais regardez-les tendrement sans leur parler.
Car voilà, ces mots sont un peu comme des amants qui se retrouveraient après une longue absence. Il leur faut du temps pour savourer le bonheur d’être ensemble.
Et c’est ainsi que, dans le silence de cette joie commune, il naitra ce que les hommes appellent un poème. Alors très doucement, accueillez-le, trouvez-lui un nom, puis retirez-vous très discrètement de la page.
N’oubliez pas, un peu plus tard, de partager le bonheur de cette naissance avec vos proches. Signez votre nom au bas de la page, si vous insistez à l’adopter. Enfin, lisez-le, lisez-le souvent...les poèmes, comme vous, adorent l’attention.

YP le 12 juin 2015

Outils indispensables (poème en écho)

 

Pour écrire il me faut une pelle   
                               Pour dénicher mes mots.                                   
      Il faut que je travaille à creuser dans le temps:   
Découvrir l’innocence de la terre rebelle
Où mes vers se distraient à jouer à l’asticot
Et grignotent en rythme le mètre palpitant.
Pour écrire il me faut une pelle! 

Pour écrire il me faut une loupe
Pour dépister ma muse.
Il faut que je pénètre le mystère du Beau :
Dévoiler le dessein de l’énigme qui coupe
Au cœur du Véritable, et où l’Harmonie ruse
A valser avenante, sublime dans mes mots.
Pour écrire il me faut une loupe!
 

Pour écrire il me faut un miroir
Pour réfléchir encore.
Il faut que je travaille à observer la vie :
Retrouver les images dans la lumière du noir
Où l'être et le paraitre, tendres ennemis s'adorent
Réconciliant Pascal en ses deux infinis. 
Pour écrire il me faut un miroir!

 

YVONNE PÉRALTA  (14 août 2012)

L'effet papillon

Emotion du mot qui passe

S’arrête, s’insinue, enlace.

Beauté du mot qui creuse, charrue,

Au fond de la grotte éternelle, nue. 

 

YVONNE PÉRALTA (25 juillet 2012)--Remanié le 12 juin 2015

Certains ...

Pour Emmanuel, 
 

Certains ont cette aisance d’écrire bien sur tout.

Donnez-leur une buse, une âme et une muse

Et les voilà partis, bras-dessus bras-dessous,

Avec la chère beauté et la passion incluses !

 

Leurs vers sont magnifiques, rien n’y manque

Tout est dit ; et moi, pendant ce temps, rien d’écrit !

Trois dicos, encyclos, internet dans la planque,

J’entends le grand silence d’où talent est proscrit.

 

Certains ont cette aisance d’écrire bien, c’est tout !

Rien ne leur faut vraiment : un crayon, un papier, 

Une idée… Mais un jour, risquant tout,

Poésie, toi que j’aime, je vais t’apprivoiser !

 

YVONNE PÉRALTA  (25 juillet 2012)

Write a new comment: (Click here)

SimpleSite.com
Characters left: 160
DONE Sending...

Nathalie | Reply 10.03.2013 19.00

Quel talent, quel poète! Je ne me lasse pas de te lire, chère Yvonne.

Yvonne Péralta 12.03.2013 22.10

Mon dieu, mais quelle gentillesse! Quel beau compliment! Merci, chère Nathalie. Tu ne sais à quel point ton commentaire me rend heureuse!

See all comments

| Reply

Latest comments

30.04 | 20:18

Merci, Jo! Très gentil à vous :)

...
23.04 | 03:10

Superbe et fabuleusement réconfortant. Merci Chère Amie. Jo Cassen

...
06.01 | 23:11

Merci pour ces beaux partages !!

...
06.01 | 22:57

Beau !

...
You liked this page
Hi!
Make your own website like I did.
It's easy, and absolutely free.
AD